« Rassemblement Démocratique 
du Peuple Camerounais »

12/09/2019 - 21:18
Attaques de Genève
Attaques de Genève
La provocation de trop

03 juillet 2019

C’est la position unanime qui se dégage au sein de l’opinion publique nationale, après les tentatives d’assaut perpétrés par des Camerounais se réclamant d’une « Brigade anti-sardinards », la semaine dernière dans la principale ville suisse.

Cette fois-ci, la « Brigade anti-sardinards» (Bas)a fait sortir la classe politique camerounaise de ses gongs. Le week-end dernier en effet, le fameux mouvement insurrectionnel proche du MRC qui s’est donné pour objectif de s’attaquer à tous les symboles de l’Etat camerounais en Europe et en Amérique du Nord, a lancé un assaut sur un hôtel de Genève, la mégalopole suisse, avec l’intention d’attenter à l’intégrité physique du président de la République et de son épouse qui sont supposés y séjourner dans le cadre d’une visite privée. C’était le second assaut en l’espace de cinq (05) jours, le premier ayant été perpétré le mardi 25 juin 2019.

 

 

Pour la classe politique camerounaise, il s’agit de la provocation de trop. Les leaders politiques de tout bord se sont en effet levés comme un seul homme, pour condamner avec la dernière énergie ces actes d’une rare barbarie. C’est d’abord le Secrétaire général du Comité central du Rdpc, Jean Nkuété, qui monte au créneau dès jeudi, pour s’insurger, non seulement de la tentative d’envahissement de l’hôtel Intercontinental quelques jours plus tôt, mais aussi et par anticipation, l’agression que la même milice projetait pour le samedi 29 juin.La réprobation du RdpcDans un communiqué au ton plutôt incisif, le Rdpc, à travers son secrétaire général, « condamne avec la dernière énergie ces actes délibérés, barbares et odieux qui s’apparentent à une entreprise consciente à visée terroriste, attentatoire à la vie du président de la République et de son épouse ». Pour Jean Nkuété, « ces actes ignominieux sont de nature à porter un coup sévère à l’image du Cameroun dans un contexte mondial actuel fortement marqué par des préoccupations sécuritaires ». Raison pour laquelle il réitère ses consignes aux responsables des sections Rdpc d’Europe où sévit particulièrement la Bas, de rester en permanence vigilants et mobilisés afin d’accompagner nos missions diplomatiques « dans la protection du patrimoine national à l’étranger, pour contrecarrer la désinformation et assurer une image toujours plus avantageuse de notre pays ». Les militants d’Europe sont même invités à mener des « actions coordonnées », en conformité avec les lois de la Suisse, « à l’effet d’assurer un séjour paisible du président de la République et de son épouse ».

 

A la suite du patron de l’administration du parti, de nombreuses initiatives ont été observées sur le terrain, pour dire halte au désordre de la Bas. C’est le cas des militants de Kribi, conduits par le sénateur Grégoire Mba Mba. « Paul Biya a droit au respect. C’est lui que nous avons élu. Ce qui se passe actuellement en Europe est inadmissible, cela ternit l’image de marque du Cameroun et détruit notre économie » a déclaré ce membre du Comité central, au cours d’une marche de protestation des « Amazones de Paul Biya » contre la Bas dans la cité balnéaire de l’Océan, le 28 juin dernier. Dans la même lancée, le gouvernement, par l’intermédiaire de son porte-parole et ministre de la Communication René Emmanuel Sadi, condamne « l’attitude particulièrement hostile et belliqueuse » de la Bas, en même temps qu’il « exprime (…) sa réprobation totale face à ce spectre ubuesque qui déshonore le Cameroun, orchestré par des concitoyens qui ne sauraient se prévaloir d’une quelconque légitimité (…) ».


Respecter l’institution présidentielle

Serge Espoir Matomba, ancien adversaire de Paul Biya à la dernière élection présidentielle, et premier Secrétaire du Peuple uni pour la Rénovation sociale (Purs) n’est pas non plus tendre avec la Bas. Pour lui, « attaquer le chef de l’Etat dans son hôtel contribue à ternir l’image de notre pays à l’étranger. Nous ne pouvons pas admettre qu’on manifeste de l’irrespect aux institutions tout comme les actes de barbarie ne nous honorent pas». Hamadou Moustapha, président de l’Alliance nationale pour la Démocratie et le Progrès (Andp) n’est pas plus tendre, lorsqu’il « condamne avec la plus grande fermeté ces actes de vandalisme perpétrés par des individus sans foi ni loi », tout en rappelant que « le président de la République est une institution qui mérite respect partout où il se trouve au nom du Cameroun ». Pour le Fsnc, les actes perpétrés par la Bas « sont un déni à la démocratie et un déni à la volonté du peuple camerounais qui s’est exprimé en octobre 2018 en désignant sont président de la République en la personne de Paul Biya. Le Fsnc condamne toutes ces exactions et réaffirme son soutien aux institutions », selon sa secrétaire générale, Jeanne Nsoga Sonè. Le sénateur Philip Leke, au nom de l’UPC, appelle les Camerounais qui sont reconnus comme un peuple pacifique et intelligent, à toujours privilégier la raison à l’émotion.Pour sa part, l’élite de la région de l’Ouest, ayant constaté que les « individus égarés » se réclamant de la Bas « veulent déstabiliser les institutions au profit de leurs intérêts égoïstes », rappellent «  (…) avec fermeté à ceux des commanditaires et auteurs de ces actes ignobles, issus pour certains de la région de l’Ouest, qu’ils ne représentent qu’eux-mêmes et n’engagent en aucun cas les communautés de la région de l’Ouest qui ont été et sont, de tout temps, pacifiques (…)».  Voilà qui est dit !

Longin Cyrille Avomo

Longin Cyrille Avomo

Articles similaires

12 septembre 2019

Robert MUGABE, qui a dirigé le ZIMBABWÉ d’abord comme Premier Ministre (1980-1987) puis comme Président de la République de 1987 à 2017, sera inhumé le 15 septembre prochain dans son pays natal.

13 mars 2019

Ahead of planned CPDM regional seminars, it is difficult not to think of the importance of these trainings meant for militants at a time when their commitment to the party is tested by the current situation.

16 janvier 2019

Amongst the many things the Cameroon People’s Democratic Movement has on its to-do list, is readying the terrain for the legislative and municipal elections slated to hold this year.

As the ruling party, the CPDM shone by its achievements in 2018, the most glaring being the overwhelming victory of its candidate Paul Biya at the presidential elections. It didn’t take a day’s work for such an outcome. In fact, the Party invested adequate time and resources to galvanise its militants towards a favourable ending. In the congratulatory speech read by Jean Nkuété, Secretary General of the Central Committee when the results of the elections were proclaimed by the Constitutional Council, he acknowledged the unalloyed support of the militants, the commitment to see the goals set by the Party attained as reasons for the victory the Party was recording. It was in this light that he beckoned militants to remain loyal and unswerving in lending their support to the Head of State in his quest to consolidate peace and unity and foster the growth of the nation.
It is in the same spirit that the Party’s hierarchy has begun laying ground work for the twin elections expected this year. The maturity of Cameroonians during the October 7 elections as saluted by many observers is telling of the growing interest the population is showing in this regard. This explains why the CPDM is setting out early on the journey, tending an ear to its militants and meting out advice on the animation of the Party in the grassroots. Cognizant of the stakes this year, the Party is ready as always to cede to Elecam’s call to attain 10million registered voters by massively sensitizing its militants on the field. 
Thanks to the various statutory meetings to be held by the sections and subsections as provided for by the Basic Texts of the Party, the hierarchy is intent on making everyone of them count. So far, many sections have been meeting to draw their roadmaps for the year, bearing in mind that the terrain is not as smooth with several political parties seeking places at the National Assembly and in the various councils. According to Jean Nkuété, in renewing their confidence in Paul Biya, Cameroonians are expecting him to manage the affairs of the state in a manner that would favour the common man. This is thus a call for militants to contribute each in their capacities in accomplishing the tasks set to keep the coals of the party alive, for as the SG said, during the National President’s new mandate, the CPDM ought to be better Paul Biya’s most sure rear guard.
16 janvier 2019

C’est par un déploiement sans pareil et une activité permanente sur le terrain que le Parti entend apporter le soutien le plus sûr du Président en 2019.

07 novembre 2018

Le secrétaire général adjoint du Comité central du Rdpc, le Dr Hamadjoda Adjoudji s’est éteint à l’hôpital américain de Neuilly en France, des suites de maladie.