« Rassemblement Démocratique 
du Peuple Camerounais »

17/05/2018 - 17:42
Jeunesse
Jeunesse
Au centre de toutes les attentions

07 février 2018

Tout est fait par les pouvoirs publics pour assurer un avenir radieux aux jeunes camerounais. Malgré les difficultés.

Le 11 février prochain, le Cameroun célèbre la 52ème édition de la fête nationale de la jeunesse, sous le thème « Jeunesse, multiculturalisme, paix et unité nationale ». Pour la circonstance, le gouvernement a pris toutes les dispositions pour que la fête soit belle, malgré la morosité économique et les souffrances endurées par des milliers de jeunes dans les régions du Nord-Ouest, du Sud-Ouest et dans la partie septentrionale du pays. C’est qu’en fait, au Cameroun, la jeunesse, fer de lance de la nation, est au centre de toute politique, toute activité.

 

En effet, il n’y a qu’à voir l’attention qui lui est réservée par les pouvoirs publics pour s’en convaincre : pas moins d’une dizaine de départements ministériels sont directement ou indirectement consacrés à l’encadrement des jeunes, dont cinq qui s’occupent à temps plein (Minesup, Minjec, Minefop, Minedub, Minesec) de son éducation, de sa formation civique, professionnelle et morale, ainsi que de son insertion sociale. Ces départements ministériels mettent en œuvre une vingtaine de politiques qui concentrent à elles-seules, près du tiers des dépenses publiques, soit environ 1500 milliards Fcfa en 2018.


Même les administrations qui ne sont pas spécialement dédiées aux jeunes développent en leur sein des projets et programmes dont ces derniers sont des bénéficiaires prioritaires. C’est le cas de presque tous les ministères à caractère économique (Minepat, Minader, Minhdu, Minpmeesa, Minmidt) ou social (Minsep, Minsanté) qui financent, accompagnent et appuient à travers divers canaux, la formation, la santé et l’insertion socioéconomique des jeunes camerounais.

 

Toute cette attention gouvernementale du Cameroun pour sa jeunesse place le pays parmi les meilleurs du continent s’agissant de l’investissement dans le capital humain depuis qu’il est sorti de l’ajustement structurel en 2006. A titre d’illustration, la jeunesse camerounaise est la mieux scolarisée, la plus compétitive sur le marché de l’emploi, la plus inventive et la mieux soignée de la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (Ceeac). C’est la raison pour laquelle le pays exporte une abondante main d’œuvre chez ses voisins et même au-delà, au point d’amener certains Etats limitrophes à redouter d’être envahis par l’expertise camerounaise, en cas d’ouverture de leurs frontières. D’où les dernières résistances encore observées dans l’application de la libre circulation pourtant décidée depuis une vingtaine d’années en zone Cemac.

Longin Cyrille Avomo

Articles similaires

11 décembre 2013

Je voudrais joindre ma voix à toutes celles qui ont, ici, rendu hommage au Président Mandela.La mort de Nelson Mandela est une grande perte pour l’Afrique et pour le monde.

11 décembre 2013

A l’issue du sommet tenu les 6 et 7 décembre dans la capitale française, de nombreuses résolutions ont été prises. Parmi les plus importantes : doter l’Afrique d’une force de réaction rapide et engager un nouveau partenariat économique pour le développement du continent.

04 décembre 2013

Les organisateurs du sommet de l’Elysée pour la paix et la sécurité en Afrique ont retenu trois thèmes pour meubler les échanges entre les différentes délégations.

27 juin 2012

La conférence de Rio n’a pas donné les résultats escomptés. A cause des pays développés qui ont eu peur de s’engager, au risque de fragiliser leurs économies. Mais tout espoir n’est pas perdu, malgré la valse de critiques.

27 juin 2012

Conférence de Stockholm
La Conférence des Nations Unies sur l’environnement humain (CNUEH) s’est tenue à Stockholm, en Suède, du 5 au 16 juin 1972 et a produit trois grands ensembles de décisions: la Déclaration de Stockholm, le Plan d’action de Stockholm, composé de 109 recommandations portant sur les mesures internationales de lutte contre la dégradation de l’environnement, à prendre par les gouvernements et les organisations internationales, et un ensemble de cinq résolutions appelant à une interdiction des essais d’armes nucléaires, à la création d’une banque de données internationale sur les réalités environnementales, à des mesures liées au développement et à l’environnement, à la création d’un Fonds pour l’environnement et à l’établissement du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), devant constituer le pôle central de la coopération environnemental

Le Site Web de la Campagne

Unes du Journal L'Action

L'Action 935
L'Action 977
L'ACTION 835
L'Action 976
L'ACTION 830

Abonnement Journal L'Action

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!