« Rassemblement Démocratique 
du Peuple Camerounais »

14/10/2018 - 07:26
L'ACTION 842
L'ACTION 842
Date Edition: 
18/04/2012
Numero Edition: 
842

Lutte contre la corruption

"EPERVIER" monte d'un cran   P : 6

• L’ancien Premier ministre Ephraïm Inoni et l’ex ministre d’Etat Marafa Hamidou Yaya ont été placés en détention préventive lundi.
• Ces nouvelles arrestations montrent bien la détermination du Cameroun à limiter les déperditions de fonds publics, tant nécessaires à son développement.

RDPC

Le sommet investit  la base

Le secrétaire général du Comité central Jean Nkuete et ses deux adjoints conduisent, depuis mardi, des délégations du parti dans certaines sections des régions de l’Extrême-Nord, de l’Adamaoua, du Littoral, de l’Ouest, du Nord-Ouest et de l’Est.

Sommaire de cette Edition de L'Action

Avec la signature du contrat d’exécution entre le gouvernement
camerounais et la société chinoise Sinohydro Corporation Limited, jeudi
12 avril 2012, les travaux vont effectivement commencer.

L’objectif est de renforcer les capacités des entreprises camerounaises
en vue d’en faire des opérateurs de services électriques en zone rurale à
travers le projet Invest’Elec.

The higher judicial council answers questions related to the integration, transfer, promotion and sanctions of magistrates.


L’ancien Premier ministre Ephraïm Inoni et l’ex ministre d’Etat, Marafa
Hamidou Yaya, ont été placés en détention préventive lundi. Ce qui
marque, une fois de plus, la détermination du pouvoir à frapper sans
complaisance ceux qui se sont montrés indélicats dans la gestion de la
fortune publique.

Le projet de loi portant code électoral a été adopté le week-end dernier
à une très large majorité par les députés de l’Assemblée nationale
camerounaise.

C’est avec un sentiment de travail bien accompli que les députés du RDPC se sont séparés le 13 avril dernier, à l’issue de l’adoption du nouveau code électoral unique soumis par le gouvernement de la République. 

 D’abord une session ordinaire, puis, une session extraordinaire de
l’Assemblée nationale ; des débats houleux et une séance plénière non
stop de près de 11 heures pour que les députés adoptent ce projet de
loi.