« Rassemblement Démocratique 
du Peuple Camerounais »

19/05/2018 - 15:57
Le management qui fait la différence
Le management  qui fait la différence

20 avril 2016

Occupation permanente du terrain, recrutement de nouveaux militants, patriotisme et proactivité constituent le socle des victoires du parti au pouvoir qui garde une longueur d’avance sur les autres.

Dès sa création le 24 mars 1985, le Rdpc s’est positionné comme un parti national. Depuis le premier jour en effet, les prescriptions du président national, Paul Biya, ont été de privilégier le rassemblement, l’unité et la cohésion de toutes les militantes et tous les militants appelés à y adhérer librement. Au fil des ans et malgré les épreuves, le parti est resté droit dans ses bottes, relativement à cette ligne directrice. Au début des années 1990 par exemple avec le retour du pays au multipartisme, tandis que d’autres formations politiques peu inspirées, tentaient de voguer sur la diversité du Cameroun pour diviser les citoyens et se faire une place au soleil, le Rdpc est resté fidèle à sa politique de rassemblement et d’unité.


Le déploiement du parti qui sillonne tous les villages et tous les quartiers des villes du pays à travers l’animation de ses cellules, comités de base, sous sections et sections, découle de cette politique d’occupation continue du terrain. Ce n’est donc pas un hasard si les militants et les sympathisants du Rdpc sont souvent les plus nombreux sur les listes électorales. Car le parti, conscient du fait que les élections se gagnent à ce moment là, s’est de tout temps déployé pour l’inscription massive des siens à temps.


Bien plus, les militants sont à tout moment encouragés à prendre leurs cartes d’adhésion et à s’acquitter de leurs cotisations, tandis que le parti ratisse large sur le terrain en vue du recrutement de nouveaux militants, tout en convainquant tous les sympathisants et les sceptiques à rejoindre ses rangs.


Sur le plan national, le Rdpc a toujours agi en parti politique responsable. Chantre de paix et de l’unité nationale, le parti de Paul Biya a toujours mouillé le maillot chaque fois que ces principes républicains étaient menacés. Par des campagnes d’explication à travers les organes de base et la collaboration avec les autorités administratives et les forces de défense et de sécurité, le Rdpc a largement contribué ces dernières années, à la préservation de la paix et de la cohésion sociale au Cameroun. Sans oublier l’adhésion systématique du peuple de militants à toutes les autres initiatives publiques visant le développement du pays et à l’épanouissement des populations.


C’est ce sens de responsabilité reconnu par tous, qui a fini par le positionner auprès du peuple comme le véritable parti de développement au Cameroun. Un développement harmonieux et intégral auquel il participe activement. Le peuple qui n’est plus dupe, dans sa posture de juge suprême, a fini par savoir qui est digne de sa confiance et qui ne l’est pas. Le ralliement de nombreux compatriotes jadis hostiles au Rdpc est une preuve tangible de cette confiance et de cette maturité. Ce sens de l’organisation et de responsabilité  qui permet au Rdpc d’être prêt, pour parer à toute éventualité. 

Claude Mpogué

Articles similaires

10 octobre 2011

« Nous avons fait la campagne pour des élections libres »

10 octobre 2011

René Sadi, Sg Comité central du Rdpc

« Nous avons toutes les raisons d’être confiants »C’est un sentiment de satisfaction générale, d’abord parce que j’ai vu le président très détendu, serein et confiant. Et je pense aussi que l’ambiance qu’il a trouvée est une ambiance significative, forte. Tout ceci indique que le président est en phase avec son peuple, en phase avec ses militants. Ceci est de bonne augure pour les années qui viennent. C’est un candidat du peuple qui a reçu l’appel du peuple et il y a répondu favorablement.  Je pense que nous secrétaire général du parti et militants du parti,  nous avons toutes les raisons d’être confiants. Que le peuple camerounais dans sa très grande majorité, décidera de renouveler sa confiance au président Biya. Je suis habitué à voir le président être envahi par son peuple, aller vers son peuple, prendre des bains de foule, c’est d’avantage pour ceux qui ont une certaine propension à remettre en question cette légitimité qui est évidente. A ce stade, on peut dire que le jeu se passe bien. Elecam est un organisme qui entreprend une opération d’une telle envergure, je pense qu’il faut tirer son chapeau à Elecam, jusqu’à présent, les informations ne sont pas défavorables, elles sont plutôt favorables. Il y a tout lieu de penser que le scrutin va se dérouler dans de bonnes conditions. 
Gilbert Tsimi Evouna, délégué du gouvernement CUY« Le peuple a concrétisé ce qu’il avait demandé »C’est un sentiment de satisfaction, vous avez pu voir la liesse des populations qui ont accueilli le président. Vous avez vu que le peuple a concrétisé ce qu’il a demandé. Donc je crois que les choses sont appelées à bien se passer. Je suis sûr et certain que la confiance y était.
Laurent Serge Etoundi Ngoa, ministre des petites et moyennes entreprises«Le taux de participation est satisfaisant »C’est un président tout en confiance, en communion avec son peuple, il est sorti sous les acclamations. C’est donc un sentiment de satisfaction. En ce qui concerne le vote, je pense que tout ce que les médias ont fait comme travail avant le scrutin, payé.  Je sors d’un quartier populaire où on a 13 bureaux de vote dans une même école et il y en a deux comme cela. Je n’ai pas laissé le moindre désordre là-bas avant de venir accueillir le président. Je pense que les résultats de ce scrutin devraient être fiables. Si ça se passe comme ça dans les grandes métropoles, ce n’est pas dans les villages où il n’y a pas foule qu’il y aura du désordre. A  Manguiers, Nlongkak, tous les bureaux ont des longues files devant eux. Le taux de fréquentions des bureaux de vote est satisfaisant.
Willy Alaga, militant Rdpc diaspora« Je suis un témoin vivant de cette élection »Alors que j’étais de passage ici il y a quelques mois, je me suis inscrit sur les listes électorales. J’ai parcouru les bureaux de vote, j’ai pu me rendre compte par moi-même qu’il y avait une grande mobilisation, les gens se sont exprimé, alors que samedi soir on m’a appelé de la France pour me demander de faire attention parce qu’il y a le couvre-feu, personne ne doit sortir. Moi j’ai pu circuler dans Yaoundé librement et j’ai constaté qu’il n’en était rien. Je suis un témoin vivant et qui n’arrête pas de dire  à certains de nos compatriotes qui sont à l’étranger que s’ils aiment vraiment leur pays, qu’ils fassent l’effort de   se renseigner par eux-mêmes soit en venant vivre soit en y venant régulièrement.  Pour le vote du président, je pense qu’il y a une continuité. C’était le meilleur candidat et c’est normal qu’il gagne. 

10 octobre 2011

Le président de la République, candidat du RDPC, et son épouse ont voté hier à Yaoundé en citoyens ordinaires. Dans un bureau de vote de l’école publique de Bastos, pris d’assaut par de nombreux journalistes et observateurs.

05 octobre 2011

L‘arrivée de l’intégralité du matériel électoral- les urnes sont attendues au courant de la semaine, a fini par rassurer tout le monde.  A Paris, le vote se fera dans l’objectivité, la paix et la sérénité.

05 octobre 2011

Le président candidat et son épouse Chantal Biya, sont venus renouveler le contrat de confiance qui les lie aux populations de l’Extrême-Nord où le président Paul Biya a toujours réalisé d’excellents résultats électoraux.

Le Site Web de la Campagne

Unes du Journal L'Action

L'Action 1025
L'Action 1106
L'Action 996
L'Action 1133
L'Action 1042

Abonnement Journal L'Action

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!