« Rassemblement Démocratique 
du Peuple Camerounais »

21/03/2019 - 01:30
Les chances du Rdpc

28 février 2018

Sur la base des statistiques disponibles, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais est en passe de remporter 68 des 70 sièges de sénateurs, à l’élection du 25 mars prochain. 

Selon le rapport général d’Elections Cameroon (Elecam) sur le déroulement du double scrutin législatif et municipal du 30 septembre 2013 et compte non tenu du toilettage en cours du collège électoral par la structure en charge de la gestion des opérations électorales au Cameroun, le Rdpc compte 8685 conseillers municipaux sur les 10 625 qui constituent le collège électoral, appelé à élire les 70 sénateurs titulaires et autant de suppléants, pour la législature 2018-2023.Dans les circonscriptions électorales de l’Est et du Sud par exemple, les conseils municipaux sont à 100%  du parti au pouvoir ; les partis d’opposition n’ayant pas pu y placer le moindre conseiller municipal. Quant à la région de l’Adamaoua, sur les 597 conseillers municipaux, le parti de Paul Biya en compte 392, contre 205 pour l’opposition toute entière, soit 192 à l’Undp, 05 au Sdf, 02 respectivement au Mdr, à l’Add et à l’Univers, 01 au Fpd et autant au Rcpu.Toutes proportions gardées, ce schéma se reproduit dans les sept autres régions  (Centre, Extrême-nord, Littoral, Nord, Nord-ouest, Ouest et Sud-ouest) où, bien qu’étant majoritaire, le Rdpc a été contraint au partage des sièges de conseillers municipaux. L’élection des sénateurs ayant lieu au scrutin de liste sans vote préférentiel ni panachage (cf. art. 217.2 du code électoral), sauf invalidation des listes ou tout autre accident de parcours, les listes du Rdpc sont sûres d’obtenir la majorité absolue des suffrages valablement exprimés, d’être proclamées élues et par conséquent « remporter la totalité des sept (07) sièges mis en compétition », selon les dispositions (art. 217.4) de ladite loi, dans toutes ces circonscriptions électorales. 


Bataille de titans (Rdpc-Sdf) dans le Nord-ouest Le cas de la circonscription électorale du Nord-ouest, avec ses 1088 électeurs, est quelque peu différent, en ce sens que c’est quasiment la seule région où la bataille s’annonce rude entre le Rdpc (565 élus) et le Sdf (522 conseillers municipaux), avec pour observateur de luxe l’Afp et son unique siège de Mbengwi. Un éventuel arrangement entre ces derniers donnerait 523 sièges pour l’opposition contre les 565 du Rdpc. Ce qui, a priori, ne devrait pas poser de problème au parti de Paul Biya. Mais puisqu’il s’agit d’une élection avec tout ce que cela comporte comme incertitudes, il n’est pas exclu que faute d’obtenir la majorité absolue (545 voix) des suffrages exprimés, le Rdpc soit obligé de revoir ses ambitions à la baisse. « Il est attribué à la liste ayant la majorité relative, la moitié des sièges à pourvoir arrondi à l’entier supérieur, soit quatre (04) sièges », renseigne à ce sujet le code électoral en son article 218, alinéa 5. L’alinéa 6 ajoute d’ailleurs qu’ « en cas d’égalité de suffrages entre les listes arrivées en tête, ces quatre (04) sièges sont répartis à égalité entre lesdites listes ». « L’attribution (…) étant opérée, les trois (03) autres sièges sont répartis entre toutes les listes, y compris celles ayant obtenu la majorité relative à la représentation proportionnelle, suivant la règle du plus fort reste (…) », cf. art. 218. 7. Ce qui signifie que dans le pire des cas, dans le Nord-ouest, le Rdpc s’en tirera avec au moins cinq (5) sièges de sénateurs titulaires et autant de suppléants. En tout état de cause, le parti de Paul Biya est en droit de s’attendre à glaner 68 des 70 sièges de sénateurs mis en compétition le 25 mars prochain. En attendant la nomination des 30 sénateurs restants par le président de la République, Paul Biya. 

Serge Williams Fotso

Articles similaires

13 mars 2019

Ahead of planned CPDM regional seminars, it is difficult not to think of the importance of these trainings meant for militants at a time when their commitment to the party is tested by the current situation.

16 janvier 2019

Amongst the many things the Cameroon People’s Democratic Movement has on its to-do list, is readying the terrain for the legislative and municipal elections slated to hold this year.

As the ruling party, the CPDM shone by its achievements in 2018, the most glaring being the overwhelming victory of its candidate Paul Biya at the presidential elections. It didn’t take a day’s work for such an outcome. In fact, the Party invested adequate time and resources to galvanise its militants towards a favourable ending. In the congratulatory speech read by Jean Nkuété, Secretary General of the Central Committee when the results of the elections were proclaimed by the Constitutional Council, he acknowledged the unalloyed support of the militants, the commitment to see the goals set by the Party attained as reasons for the victory the Party was recording. It was in this light that he beckoned militants to remain loyal and unswerving in lending their support to the Head of State in his quest to consolidate peace and unity and foster the growth of the nation.
It is in the same spirit that the Party’s hierarchy has begun laying ground work for the twin elections expected this year. The maturity of Cameroonians during the October 7 elections as saluted by many observers is telling of the growing interest the population is showing in this regard. This explains why the CPDM is setting out early on the journey, tending an ear to its militants and meting out advice on the animation of the Party in the grassroots. Cognizant of the stakes this year, the Party is ready as always to cede to Elecam’s call to attain 10million registered voters by massively sensitizing its militants on the field. 
Thanks to the various statutory meetings to be held by the sections and subsections as provided for by the Basic Texts of the Party, the hierarchy is intent on making everyone of them count. So far, many sections have been meeting to draw their roadmaps for the year, bearing in mind that the terrain is not as smooth with several political parties seeking places at the National Assembly and in the various councils. According to Jean Nkuété, in renewing their confidence in Paul Biya, Cameroonians are expecting him to manage the affairs of the state in a manner that would favour the common man. This is thus a call for militants to contribute each in their capacities in accomplishing the tasks set to keep the coals of the party alive, for as the SG said, during the National President’s new mandate, the CPDM ought to be better Paul Biya’s most sure rear guard.
16 janvier 2019

C’est par un déploiement sans pareil et une activité permanente sur le terrain que le Parti entend apporter le soutien le plus sûr du Président en 2019.

07 novembre 2018

Le secrétaire général adjoint du Comité central du Rdpc, le Dr Hamadjoda Adjoudji s’est éteint à l’hôpital américain de Neuilly en France, des suites de maladie.

14 août 2018

C’était au cours d’une réunion organisée par le Bureau national de l’Organisation des femmes du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Ofrdpc), le 13 août 2018, au siège du Comité central.