« Rassemblement Démocratique 
du Peuple Camerounais »

14/02/2018 - 15:58
Les charmes de la jeunesse
Les charmes de la jeunesse

07 février 2018

La fête de la jeunesse a 52 ans cette année et toujours pas la moindre ride!

Dimanche prochain, 11 février 2018, les jeunes du Cameroun seront à l’honneur à l’occasion de la journée de célébration que la Nation leur consacre depuis 1966. Rendez-vous important marqué par diverses manifestations et activités dont l’incontournable défilé, mais aussi le traditionnel message du Président de la République à la jeunesse le 10 février à 20h. En 52 éditions, Paul BIYA s’adressera pour la ... 35ème fois à ses « chers jeunes compatriotes ». Et le mardi 13 février, lui-même fêtera son ... 85ème anniversaire! La « onzaine », à savoir cette période de onze jours consacrée aux activités de la Fête de la jeunesse, sera ainsi clôturée après avoir joué les prolongations. 

 

Le hasard ou le clin d’œil du calendrier ne relève ni de la facétie ou de la malice. Que les charmes et les atouts de la jeunesse soient ainsi confrontés, à deux jours d’intervalle, aux acquis et au vécu des personnes âgées aurait pu constituer un moment unique et exceptionnel pour un débat social sain et constructif autour de la solidarité intergénérationnelle. Ah si jeunesse savait! Si vieillesse pouvait! Heureusement, de nombreux jeunes sont inscrits à l’école du savoir et il y a encore des vieux capables. Les uns et les autres pourraient alors parler à cœur ouvert et sans tabou d’échanges d’expérience ou de  passage de témoin. Tous pourraient s’accorder pour dire que les jeunes ont besoin des vieux et vice-versa. Pas besoin d’engager un conflit de génération pour reconnaître la complémentarité des deux catégories sociales. 

 

Hélas, la réalité n’est pas toujours aussi idyllique. En cette année électorale, la question de l’âge de certains candidats, celui de Paul BIYA notamment, semble être devenu le sujet de prédilection et l’argument-massue pour quelques aspirants à la fonction présidentielle en panne d’inspiration. Paul BIYA n’a pas encore déclaré sa candidature mais ses adversaires déjà en course font feu de tout bois pour le disqualifier. Les uns lui ont gentiment conseillé de démissionner de ses fonctions et de ne pas se représenter. Les autres véhiculent et alimentent des rumeurs sur son état de santé. Les plus cyniques doivent boire du petit lait en apprenant les fausses nouvelles de sa mort habilement colportées par les réseaux sociaux. S’agit-il encore de politique lorsque l’on en vient à souhaiter et à espérer la mort d’un être humain, fût-il un adversaire?

 

Nul n’est immortel encore moins éternel. En attendant le jour que son destin aura fixé, Paul BIYA a rendez-vous le 10 février au soir avec ses jeunes compatriotes pour son 35ème discours à la jeunesse. Qui dit mieux? Depuis 1982, il n’en a manqué aucun. Et le 13 février, rendez-vous pour son 85ème anniversaire. Ça mérite un feu d’artifice. Le bel âge! Une grâce sous tous les cieux et surtout sous les nôtres ! Dire que certains veulent lui en faire le reproche comme s’il s’agissait d’un péché, d’une tare honteuse ou d’un crime! En tout cas,  les amis, partisans et sympathisants du Président Paul BIYA ne l’entendent pas de cette oreille qui lui réservent un triomphe le 13 février et lui promettent leur soutien au cas où il se décide à être candidat pour la prochaine élection présidentielle. La plupart de ses adversaires déjà déclarés entendent faire campagne sur le thème de l’âge? Grand bien leur fasse! En face on est déjà prêt à leur répondre, arguments intellectuels et preuves logiques voire biologiques à l’appui: chiche!

Christophe MIEN ZOK

Articles similaires

14 février 2018

L’opposition camerounaise ne cessera pas de nous surprendre.

09 février 2018

En quelques heures l’actualité politique au Cameroun a connu une accélération vertigineuse.

31 janvier 2018

Trêve de supputations et de spéculations.L’information tant attendue depuis le 5 janvier a été confirmée.

24 janvier 2018

À défaut de présenter et de revendiquer des fiefs électoraux, certains représentants de la classe politique camerounaise excellent dans la production du… fiel.

17 janvier 2018

La classe politique camerounaise avait-elle réellement besoin que le Président de la République annonçât le 31 décembre que « 2018 serait une importante année électorale » pour commencer à s’agiter et à ruer dans les brancards?