« Rassemblement Démocratique 
du Peuple Camerounais »

19/10/2018 - 12:27
Sénat : fait majeur dans la tradition parlementaire au Cameroun
Sénat : fait majeur dans la tradition parlementaire au Cameroun
Pr. Narcisse Mouelle Kombi

10 avril 2013

Electeurs et électrices, membres du corps électoral des Sénatoriales, 
Le 14 avril, vous êtes appelés à aller aux urnes pour l’élection des premiers Sénateurs de l’histoire du Cameroun.L’enjeu de ce scrutin au suffrage universel indirect est immense.

Chacun mesure l’importance singulière de cet acte comme chacun en conçoit le caractère primordial et déterminant de la portée.L’impact de cet acte fondateur et inaugural est à l’image de l’importance, de la valeur et de l’intérêt du Sénat pour notre pays. Dans les démocraties où il est fonctionnel, le Sénat jouit d’un grand prestige et joue un rôle cardinal. Il apparaît comme une institution clé du parlementarisme libéral. La logique du bicamérisme veut que la Chambre Haute assure une fonction modératrice et régulatrice. Elle est censée incarner la sagesse et la « raison de la République », cependant que l’Assemblée Nationale, Chambre Basse, symbolise l’ « imagination de la République ».Au Cameroun, la seconde chambre est appelée à devenir une pièce maîtresse des institutions politiques prévues par la constitution révisée en 1996. En assurant la représentation des collectivités territoriales décentralisées, elle permet d’une part de garantir l’existence de la démocratie locale au niveau national, d’autre part d’assurer la représentation de la nation par des corps intermédiaires territoriaux. Ne perdons pas de vue que les collectivités territoriales décentralisées se voient déléguer des compétences qui leur permettent de promouvoir efficacement à leur échelle, le développement économique, social, sanitaire, éducatif, culturel et sportif des régions ou des communes. Etant entendu que « l’Etat veille au développement harmonieux de toutes les collectivités territoriales décentralisées sur la base de la solidarité nationale, des potentialités régionales et de l’équilibre inter-régional » (art 55, al 4 de la constitution).Le Sénat est également un pilier fondamental du Parlement, centre de gravité du pouvoir législatif. Avec l’Assemblée Nationale, il est appelé à légiférer et à contrôler l’action du Gouvernement. En quoi son avènement constitue-t-il un fait majeur dans la tradition parlementaire au Cameroun ?D’abord parce qu’il permet de consolider la dynamique démocratique et de construction de l’Etat de droit voulue, impulsée et concrétisée par le Président Paul Biya. Ensuite parce qu’il constitue une pierre essentielle dans le parachèvement de l’édifice constitutionnel du 18 janvier 1996. Au surplus, de par ses attributions, il contribuera pertinemment à l’amélioration de la production législative et à une meilleure valorisation de l’autonomie constitutionnelle et normative de notre Etat. Par le double examen des projets de lois, la discussion, les amendements et la conciliation, il enrichira qualitativement et quantitativement l’œuvre législative dans le domaine constitutionnellement assigné à la loi (art 26).Enfin, l’avènement du Sénat est d’une importance cardinale dans l’optique de la pleine réalisation de la nouvelle dynamique imprimée par le Président Paul Biya, Chef de l’Etat, Président national du RDPC dans tous les secteurs de la vie nationale. Cette dynamique, qui est éminemment orientée vers le progrès, produit des effets visibles et tangibles, incontestables et palpables, en tout cas notables et remarquables dans les secteurs des infrastructures routières, de l’agriculture, de l’électrification rurale, de l’hydraulique villageoise, de la santé, de l’éducation, de l’enseignement supérieur et j’en passe. La mise en œuvre des grands projets structurants dans les domaines de l’énergie (barrage hydroélectrique de Lom Pangar, Memve’ele, Mekin … centrale à gaz de Kribi, centrale thermique de Yassa), des transports (aménagements d’axes routiers, construction du deuxième pont sur le Wouri et du port en eau profonde de Kribi …) ; ainsi que les actions stratégiques adoptées pour développer les secteurs porteurs de croissance et multiplier les solutions pour l’emploi des jeunes témoignent de l’efficacité, de l’effectivité et de la générosité sociale de cette nouvelle dynamique.L’engagement du Président Paul Biya à construire un Cameroun fort est bien explicité dans sa profession de foi de candidature à l’élection présidentielle d’octobre 2011. Il n’est pas sans intérêt d’en rappeler les principales lignes directrices, déclinées en cinq grandes priorités :Consolider la paix et l’unité nationale pour un Cameroun plus fort.Améliorer le fonctionnement de nos institutions pour créer une société plus juste.Encourager l’esprit d’entreprise pour stimuler notre économie à travers la création d’emplois et de richesses, facteur de croissance.Moderniser notre administration pour plus d’efficacité et une meilleure redistribution de ressources.Poursuivre l’affirmation de notre action diplomatique pour renforcer notre rayonnement international.De manière significative, la profession de foi des candidats du Rdpc aux Sénatoriales est en parfaite adéquation avec ces objectifs. La majorité sénatoriale de « Grandes Réalisations » entend en effet articuler son action autour des orientations prioritaires ci-après :Consolider le Cameroun uni dans sa diversité ;Œuvrer pour un Cameroun dynamique et prospère ;Contribuer à la construction d’un Cameroun plus juste et plus équitable ;Contribuer au rayonnement du Cameroun ;D’où l’engagement des candidats Rdpc à agir pour un « mandat d’Innovation, de Créativité et d’Audace », dans l’optique du programme des Grandes Réalisations, charte qui impulse une nouvelle dynamique pour le Cameroun aux plans politique, économique, social de l’environnement, de la diplomatie, etc, autour d’une vision ambitieuse et harmonieuse de l’avenir de notre pays.            Après de longues et pénibles années de sacrifices pendant la période de crise économique et d’ajustement structurel, le peuple camerounais mérite la perspective d’une belle et magnifique espérance. Cette espérance c’est le programme des Grandes Réalisations du Président Paul Biya. Cette espérance c’est l’Emergence, sur laquelle le cap est résolument mis pour l’année 2035. Cette espérance c’est aussi la promesse de la paix, de la stabilité, de la prospérité et de la crédibilité accrue du Cameroun sur la scène internationale.Aussi, voter pour les listes du Rdpc aux Sénatoriales c’est contribuer à la concrétisation et à la réalisation de cette magnifique espérance pour le Cameroun, notre patrie qui est belle et à laquelle les grands électeurs doivent réaffirmer leur amour et leur fidélité dans l’accomplissement du devoir civique. Au demeurant pour leur part, les citoyens camerounais ont dans leur très grande majorité accordé leur suffrage aux candidats ou aux listes Rdpc lors des dernières consultations législatives et municipales. Vous êtes l’émanation de cette volonté populaire. Cette volonté populaire qui  doit se refléter dans la composition de la Chambre Haute à l’issue du scrutin du 14 avril.Soulignons qu’en investissant les candidats du Rdpc, les instances compétentes du parti, sous les hautes directives du Président national et sous la supervision de Monsieur le Secrétaire Général du Comité Central, ont eu à cœur de trier sur le volet des hommes et des femmes dont les profils et les parcours professionnel et politique reflètent compétence, expérience, clairvoyance et patriotisme.Aussi bien le vote en faveur des candidats Rdpc, tous dignes de la confiance des grands électeurs, c’est la garantie d’un Sénat à la hauteur des Grandes Réalisations, parce que disposant d’une majorité solide et solidaire, stable et responsable. C’est l’assurance que la nouvelle dynamique incarnée par le Président Paul Biya portera tous ses fruits. C’est la certitude de lendemains qui chantent. C’est la conviction que le Cameroun est debout et résolument en marche vers un avenir radieux pour tous ses fils du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest.Alors, chers électeurs et électrices, le 14 avril ne vous trompez pas de bulletin de vote.Aucune voix ne doit manquer aux listes Rdpc dans les huit régions où notre parti est en compétition. Toutes les voix doivent aller aux listes Rdpc dans l’accomplissement d’un vote lucide et de raison.En mettant ce bulletin aux couleurs du Rdpc dans l’urne, vous aurez remarquablement contribué au triomphe des idéaux de paix, de justice, d’unité nationale, de démocratie et de progrès.

 
* Membre suppléant du Comite Central, Vice-président de la sous commission de communication.


Articles similaires

14 août 2012

L’ambassadeur sortant de la République populaire de Chine au Cameroun n’a pas seulement été un témoin oculaire de la richesse naturelle du Cameroun. Il était également au cœur de la nouvelle dynamique des relations d’amitié et de coopération entre son pays et le Cameroun. L’Action rend hommage à son action.

06 juin 2012

Le maire de Garoua-Boulaï évoque les rapports entre les refugiés centrafricains et ses administrés, ainsi que les difficultés que ceux-ci rencontrent du fait de la proximité de la frontière.

06 juin 2012

Ville dont la « camerounité » ne souffre d’aucune contestation, Garoua Boulaï souffre pourtant d’un mauvais voisinage des centrafricains que des autorités camerounaises locales soupçonnent de nourrir des velléités expansionnistes. D’où une tension assez récurrente  à la frontière.

06 juin 2012

Cette localité située  dans le Lom et Djérem est le principal pont, par route, entre le nord et le Sud du pays. C’est aussi une  étape quasi obligatoire  pour tous ceux qui viennent du Tchad, de RCA ou qui s’y rendent, en provenance de la côte.

12 avril 2012

Le ministre des Travaux publics parle du programme spécial de réhabilitation de certains axes routiers en cours, de l’entretien routier en général et du parachèvement de quelques chantiers à problèmes.