« Rassemblement Démocratique 
du Peuple Camerounais »

17/01/2019 - 23:35
Sur le chemin du trentenaire
Sur le chemin du trentenaire
Qui l’eût cru ?

01 octobre 2014

Lorsque le Rdpc nait à Bamenda, personne, même parmi les plus optimistes, n’aurait pu parier que cette formation politique  vivrait 30 ans, ou qu’elle remporterait autant de victoires.

Le 24 mars 2015, le Rdpc aura 30 ans. Ce sera, comme le parti le fait à chacun de ses anniversaires, l’occasion de marquer une pause, et de jeter un regard rétrospectif pour mieux se projeter. Mais à la différence des commémorations antérieures, celle qui se profile à l’horizon sera certainement l’occasion de tous les bilans. Le contexte s’y prête d’ailleurs grandement.
Il n’échappe en effet à personne que le premier défi que le Rdpc a eu à relever  depuis le Congrès de Bamenda est celui de son existence. Créé pour marquer la rupture,  moins d’un an, juste  après la sanglante tentative de coup d’Etat du 06 avril 1984, il est le principal levier devant permettre l’implémentation de la politique du Renouveau Camerounais. De ce seul fait donc, le Rdpc ne connaîtra  pas d’état de grâce. A peine, né, le parti unique d’alors aura effectivement fort à faire, puisqu’il doit à la fois et tout de suite, réconcilier le peuple sorti divisé du push manqué, préserver l’unité nationale ainsi mise à rude épreuve, poursuivre  le train de réformes visant la modernisation du pays et affronter, quelques mois plus tard, la grande crise économique  qui, dès décembre 1985, touche sévèrement le Cameroun.
Ainsi engagé trop tôt sur tous les fronts à l’image du nouveau pouvoir en place au Cameroun, le Rdpc doit en plus faire face à la résistance de quelques caciques qui, voyant d’un mauvais œil la nouvelle dynamique impulsée à la tête de l’Etat et du parti par Paul Biya et son équipe, n’entendent ni céder  une quelconque parcelle de pouvoir, ni accepter le moindre changement opéré en vue d’une plus grande ouverture démocratique. Pour eux, la concurrence instaurée lors des élections législatives de 1988 qui balaie quelques-uns, est un véritable affront et ils se constituent donc en forces centrifuges.
Dans les chaumières, l’échec et la mort du Rdpc sont programmés, de même que l’on compte les jours du Renouveau, surtout que pointe à l’horizon, le « vent de l’Est » dont la violence commence à ébranler  certains pays voisins. Dans la maison, de nombreux opportunistes qui ne croient pas un seul instant aux chances de survie du Rdpc face à la bourrasque annoncée, se mettent en retrait, quand ils ne choisissent pas de retourner carrément la veste. Question, pour eux, de mieux rebondir, une fois que le Rdpc aura été balayé, car, dans l’ombre, quelques chancelleries occidentales qui s’y activent effectivement, instrumentalisent la pauvreté ambiante du fait de la récession économique et promettent monts et merveilles à l’opposition. Celle-ci  fait d’ailleurs feu de tout bois pour faire tomber « le régime Rdpc », allant jusqu’à brandir la menace de la guerre civile.
 Passablement ébranlé, le navire Rdpc prend de l’eau. Mais comme le roseau, il plie sans rompre. Fort de son soutien populaire, de son maillage territorial et avec la seule force de ses arguments, il fait même mieux que résister. Et au moment où  ses adversaires croient pouvoir lui donner le coup de grâce, le parti de Paul Biya confirme son statut de leader dans un environnement devenu plus concurrentiel, en remportant d’éclatantes victoires lors de toutes les consultations électorales qui ont suivi depuis le retour au multipartisme en 1990.
Contre toute attente, le Rdpc n’a d’ailleurs fait que renforcer sa position au fil du temps. Parti d’une simple majorité relative aux élections législatives et à la présidentielle de 1992, il a depuis lors, atteint les sommets, en se stabilisant à une moyenne de plus de 80% des suffrages au cours des 20 dernières années. Corrélativement, la popularité d’une opposition sans véritable projet de société, s’est rétrécie comme une peau de chagrin.
Force est donc de constater au moment où il entre dans son trentenaire, et 25 ans après que son pronostic vital a été déclaré compromis, que le Rdpc se porte comme un charme. Plutôt que de le détruire, l’adversité, la concurrence et parfois la haine qu’il a pu subir tout au long de son existence, n’ont eu pour effet que de le fortifier davantage, au point où plus rien ne semble plus pouvoir l’arrêter. Ce sont ces grands moments de la vie du parti, parfois douloureux, mais toujours instructifs et édifiants pour la prospective, que nous nous promettons de faire revivre aux militants du Rdpc à travers la présente rubrique.

Longin Cyrille Avomo

Longin Cyrille Avomo

Articles similaires

16 janvier 2019

Amongst the many things the Cameroon People’s Democratic Movement has on its to-do list, is readying the terrain for the legislative and municipal elections slated to hold this year.

As the ruling party, the CPDM shone by its achievements in 2018, the most glaring being the overwhelming victory of its candidate Paul Biya at the presidential elections. It didn’t take a day’s work for such an outcome. In fact, the Party invested adequate time and resources to galvanise its militants towards a favourable ending. In the congratulatory speech read by Jean Nkuété, Secretary General of the Central Committee when the results of the elections were proclaimed by the Constitutional Council, he acknowledged the unalloyed support of the militants, the commitment to see the goals set by the Party attained as reasons for the victory the Party was recording. It was in this light that he beckoned militants to remain loyal and unswerving in lending their support to the Head of State in his quest to consolidate peace and unity and foster the growth of the nation.
It is in the same spirit that the Party’s hierarchy has begun laying ground work for the twin elections expected this year. The maturity of Cameroonians during the October 7 elections as saluted by many observers is telling of the growing interest the population is showing in this regard. This explains why the CPDM is setting out early on the journey, tending an ear to its militants and meting out advice on the animation of the Party in the grassroots. Cognizant of the stakes this year, the Party is ready as always to cede to Elecam’s call to attain 10million registered voters by massively sensitizing its militants on the field. 
Thanks to the various statutory meetings to be held by the sections and subsections as provided for by the Basic Texts of the Party, the hierarchy is intent on making everyone of them count. So far, many sections have been meeting to draw their roadmaps for the year, bearing in mind that the terrain is not as smooth with several political parties seeking places at the National Assembly and in the various councils. According to Jean Nkuété, in renewing their confidence in Paul Biya, Cameroonians are expecting him to manage the affairs of the state in a manner that would favour the common man. This is thus a call for militants to contribute each in their capacities in accomplishing the tasks set to keep the coals of the party alive, for as the SG said, during the National President’s new mandate, the CPDM ought to be better Paul Biya’s most sure rear guard.
16 janvier 2019

C’est par un déploiement sans pareil et une activité permanente sur le terrain que le Parti entend apporter le soutien le plus sûr du Président en 2019.

07 novembre 2018

Le secrétaire général adjoint du Comité central du Rdpc, le Dr Hamadjoda Adjoudji s’est éteint à l’hôpital américain de Neuilly en France, des suites de maladie.

14 août 2018

C’était au cours d’une réunion organisée par le Bureau national de l’Organisation des femmes du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Ofrdpc), le 13 août 2018, au siège du Comité central.

18 juillet 2018

Après la convocation du corps électoral la semaine dernière, le bon militant du Rdpc doit prendre toutes les dispositions nécessaires pour  assurer la victoire de son candidat.