« Rassemblement Démocratique 
du Peuple Camerounais »

24/04/2019 - 11:38
Bamenda et Buea
Bamenda et Buea
Le Rdpc exhorte au dialogue et à la tolérance

18 janvier 2017

Telles sont les solutions de sortie de crise que les militants solidaires des populations de ces régions, proposent pour un retour au calme.

«Le Cameroun est un Etat unitaire, un et indivisible, et le président de la République, Paul Biya lors de son adresse à la nation le 31 décembre dernier l’a rappelé, faisant ainsi allusion aux mouvements d’humeur de Bamenda et Buea », souligne Delphine Nanga, vice-présidente de section Ofrdpc Mfoundi V. Et c’est consciente de cet état de chose qu’elle précise « Comme l’a d’ailleurs relevé le Secrétaire général, Jean Nkuété à chacune de ses sorties, nous les militants du Rdpc ne pouvons pas rester indifférents vis à vis de ce qui se passe dans la zone anglophone ». 

C’est dans cet élan de solidarité que ces militants, fidèles aux idéaux de paix et de stabilité que prône leur président national, condamnent avec la dernière énergie  ces actes de violence perpétrés dans ces deux régions. « Je pense qu’il est souhaitable et même important qu’on s’asseye sur une table de négociations, comme c’est d’ailleurs déjà le cas, car ce n’est pas dans la rue qu’on peut résoudre les problèmes », relève Sébastien Edjoa, secrétaire à la section Rdpc Mfoundi V. Avant de souhaiter que les responsables prennent en compte les revendications des uns et des autres pour que des solutions puissent être trouvées. Ces militants pensent fermement que la recherche du dialogue est primordiale afin que le calme revienne définitivement. Car le Cameroun est un pays de paix et de dialogue. Ainsi, en remerciant le président de la République, Paul Biya qui a demandé au Premier ministre, chef du gouvernement, d’ouvrir un dialogue, ce qui est déjà une grande avancée, les militants regrettent cependant que certains Camerounais en soient encore à poser de tels actes de barbarie. Car se souvient Delphine Nanga, « Je me rappelle comment autrefois j’ai chanté Ô Cameroun…autrefois tu vécus dans la barbarie ». C’est donc dire que cette barbarie manifestée par la violence de nos frères de la zone anglophone aujourd’hui n’a plus de place car, c’est le petit camerounais qui souffre en ce moment. Et c’est notamment le cas de ces élèves qui ne demandent qu’à reprendre le chemin de l’école. 

De l’avis de cette militante, il y a plus de trois décennies que le Cameroun est passé de l’Etat fédéré à l’Etat unitaire. Mieux, fédéralisme ne signifie pas séparatisme ou sécessionnisme. Aussi, tous les camerounais doivent-ils éprouver le sentiment de solidarité et d’appartenance à un même pays. D’où cet appel à l’unité pour que les objectifs fixés par notre pays, le Cameroun soient atteints. « Je crois que nous devrions nous mettre en phase. Nous tendons ainsi la main à ceux là même qui revendiquent, afin qu’à travers le dialogue qui a cours, des solutions adéquates et idoines soient apportées pour un Cameroun prospère », conclut la militante, convaincue d’un retour des choses à la normale.

Muriel Zang

Muriel Zang

Réactions

18 janvier 2017

No schools, businesses on hold an uncertain atmosphere. This is the situation in the North West and South West regions since last week.

Articles similaires

13 mars 2019

Ahead of planned CPDM regional seminars, it is difficult not to think of the importance of these trainings meant for militants at a time when their commitment to the party is tested by the current situation.

16 janvier 2019

Amongst the many things the Cameroon People’s Democratic Movement has on its to-do list, is readying the terrain for the legislative and municipal elections slated to hold this year.

As the ruling party, the CPDM shone by its achievements in 2018, the most glaring being the overwhelming victory of its candidate Paul Biya at the presidential elections. It didn’t take a day’s work for such an outcome. In fact, the Party invested adequate time and resources to galvanise its militants towards a favourable ending. In the congratulatory speech read by Jean Nkuété, Secretary General of the Central Committee when the results of the elections were proclaimed by the Constitutional Council, he acknowledged the unalloyed support of the militants, the commitment to see the goals set by the Party attained as reasons for the victory the Party was recording. It was in this light that he beckoned militants to remain loyal and unswerving in lending their support to the Head of State in his quest to consolidate peace and unity and foster the growth of the nation.
It is in the same spirit that the Party’s hierarchy has begun laying ground work for the twin elections expected this year. The maturity of Cameroonians during the October 7 elections as saluted by many observers is telling of the growing interest the population is showing in this regard. This explains why the CPDM is setting out early on the journey, tending an ear to its militants and meting out advice on the animation of the Party in the grassroots. Cognizant of the stakes this year, the Party is ready as always to cede to Elecam’s call to attain 10million registered voters by massively sensitizing its militants on the field. 
Thanks to the various statutory meetings to be held by the sections and subsections as provided for by the Basic Texts of the Party, the hierarchy is intent on making everyone of them count. So far, many sections have been meeting to draw their roadmaps for the year, bearing in mind that the terrain is not as smooth with several political parties seeking places at the National Assembly and in the various councils. According to Jean Nkuété, in renewing their confidence in Paul Biya, Cameroonians are expecting him to manage the affairs of the state in a manner that would favour the common man. This is thus a call for militants to contribute each in their capacities in accomplishing the tasks set to keep the coals of the party alive, for as the SG said, during the National President’s new mandate, the CPDM ought to be better Paul Biya’s most sure rear guard.
16 janvier 2019

C’est par un déploiement sans pareil et une activité permanente sur le terrain que le Parti entend apporter le soutien le plus sûr du Président en 2019.

07 novembre 2018

Le secrétaire général adjoint du Comité central du Rdpc, le Dr Hamadjoda Adjoudji s’est éteint à l’hôpital américain de Neuilly en France, des suites de maladie.

14 août 2018

C’était au cours d’une réunion organisée par le Bureau national de l’Organisation des femmes du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Ofrdpc), le 13 août 2018, au siège du Comité central.