« Rassemblement Démocratique 
du Peuple Camerounais »

19/05/2018 - 07:12
Bamenda et Buea
Bamenda et Buea
Le Rdpc exhorte au dialogue et à la tolérance

18 janvier 2017

Telles sont les solutions de sortie de crise que les militants solidaires des populations de ces régions, proposent pour un retour au calme.

«Le Cameroun est un Etat unitaire, un et indivisible, et le président de la République, Paul Biya lors de son adresse à la nation le 31 décembre dernier l’a rappelé, faisant ainsi allusion aux mouvements d’humeur de Bamenda et Buea », souligne Delphine Nanga, vice-présidente de section Ofrdpc Mfoundi V. Et c’est consciente de cet état de chose qu’elle précise « Comme l’a d’ailleurs relevé le Secrétaire général, Jean Nkuété à chacune de ses sorties, nous les militants du Rdpc ne pouvons pas rester indifférents vis à vis de ce qui se passe dans la zone anglophone ». 

C’est dans cet élan de solidarité que ces militants, fidèles aux idéaux de paix et de stabilité que prône leur président national, condamnent avec la dernière énergie  ces actes de violence perpétrés dans ces deux régions. « Je pense qu’il est souhaitable et même important qu’on s’asseye sur une table de négociations, comme c’est d’ailleurs déjà le cas, car ce n’est pas dans la rue qu’on peut résoudre les problèmes », relève Sébastien Edjoa, secrétaire à la section Rdpc Mfoundi V. Avant de souhaiter que les responsables prennent en compte les revendications des uns et des autres pour que des solutions puissent être trouvées. Ces militants pensent fermement que la recherche du dialogue est primordiale afin que le calme revienne définitivement. Car le Cameroun est un pays de paix et de dialogue. Ainsi, en remerciant le président de la République, Paul Biya qui a demandé au Premier ministre, chef du gouvernement, d’ouvrir un dialogue, ce qui est déjà une grande avancée, les militants regrettent cependant que certains Camerounais en soient encore à poser de tels actes de barbarie. Car se souvient Delphine Nanga, « Je me rappelle comment autrefois j’ai chanté Ô Cameroun…autrefois tu vécus dans la barbarie ». C’est donc dire que cette barbarie manifestée par la violence de nos frères de la zone anglophone aujourd’hui n’a plus de place car, c’est le petit camerounais qui souffre en ce moment. Et c’est notamment le cas de ces élèves qui ne demandent qu’à reprendre le chemin de l’école. 

De l’avis de cette militante, il y a plus de trois décennies que le Cameroun est passé de l’Etat fédéré à l’Etat unitaire. Mieux, fédéralisme ne signifie pas séparatisme ou sécessionnisme. Aussi, tous les camerounais doivent-ils éprouver le sentiment de solidarité et d’appartenance à un même pays. D’où cet appel à l’unité pour que les objectifs fixés par notre pays, le Cameroun soient atteints. « Je crois que nous devrions nous mettre en phase. Nous tendons ainsi la main à ceux là même qui revendiquent, afin qu’à travers le dialogue qui a cours, des solutions adéquates et idoines soient apportées pour un Cameroun prospère », conclut la militante, convaincue d’un retour des choses à la normale.

Muriel Zang

Muriel Zang

Articles similaires

10 octobre 2011

« Nous avons fait la campagne pour des élections libres »

10 octobre 2011

René Sadi, Sg Comité central du Rdpc

« Nous avons toutes les raisons d’être confiants »C’est un sentiment de satisfaction générale, d’abord parce que j’ai vu le président très détendu, serein et confiant. Et je pense aussi que l’ambiance qu’il a trouvée est une ambiance significative, forte. Tout ceci indique que le président est en phase avec son peuple, en phase avec ses militants. Ceci est de bonne augure pour les années qui viennent. C’est un candidat du peuple qui a reçu l’appel du peuple et il y a répondu favorablement.  Je pense que nous secrétaire général du parti et militants du parti,  nous avons toutes les raisons d’être confiants. Que le peuple camerounais dans sa très grande majorité, décidera de renouveler sa confiance au président Biya. Je suis habitué à voir le président être envahi par son peuple, aller vers son peuple, prendre des bains de foule, c’est d’avantage pour ceux qui ont une certaine propension à remettre en question cette légitimité qui est évidente. A ce stade, on peut dire que le jeu se passe bien. Elecam est un organisme qui entreprend une opération d’une telle envergure, je pense qu’il faut tirer son chapeau à Elecam, jusqu’à présent, les informations ne sont pas défavorables, elles sont plutôt favorables. Il y a tout lieu de penser que le scrutin va se dérouler dans de bonnes conditions. 
Gilbert Tsimi Evouna, délégué du gouvernement CUY« Le peuple a concrétisé ce qu’il avait demandé »C’est un sentiment de satisfaction, vous avez pu voir la liesse des populations qui ont accueilli le président. Vous avez vu que le peuple a concrétisé ce qu’il a demandé. Donc je crois que les choses sont appelées à bien se passer. Je suis sûr et certain que la confiance y était.
Laurent Serge Etoundi Ngoa, ministre des petites et moyennes entreprises«Le taux de participation est satisfaisant »C’est un président tout en confiance, en communion avec son peuple, il est sorti sous les acclamations. C’est donc un sentiment de satisfaction. En ce qui concerne le vote, je pense que tout ce que les médias ont fait comme travail avant le scrutin, payé.  Je sors d’un quartier populaire où on a 13 bureaux de vote dans une même école et il y en a deux comme cela. Je n’ai pas laissé le moindre désordre là-bas avant de venir accueillir le président. Je pense que les résultats de ce scrutin devraient être fiables. Si ça se passe comme ça dans les grandes métropoles, ce n’est pas dans les villages où il n’y a pas foule qu’il y aura du désordre. A  Manguiers, Nlongkak, tous les bureaux ont des longues files devant eux. Le taux de fréquentions des bureaux de vote est satisfaisant.
Willy Alaga, militant Rdpc diaspora« Je suis un témoin vivant de cette élection »Alors que j’étais de passage ici il y a quelques mois, je me suis inscrit sur les listes électorales. J’ai parcouru les bureaux de vote, j’ai pu me rendre compte par moi-même qu’il y avait une grande mobilisation, les gens se sont exprimé, alors que samedi soir on m’a appelé de la France pour me demander de faire attention parce qu’il y a le couvre-feu, personne ne doit sortir. Moi j’ai pu circuler dans Yaoundé librement et j’ai constaté qu’il n’en était rien. Je suis un témoin vivant et qui n’arrête pas de dire  à certains de nos compatriotes qui sont à l’étranger que s’ils aiment vraiment leur pays, qu’ils fassent l’effort de   se renseigner par eux-mêmes soit en venant vivre soit en y venant régulièrement.  Pour le vote du président, je pense qu’il y a une continuité. C’était le meilleur candidat et c’est normal qu’il gagne. 

10 octobre 2011

Le président de la République, candidat du RDPC, et son épouse ont voté hier à Yaoundé en citoyens ordinaires. Dans un bureau de vote de l’école publique de Bastos, pris d’assaut par de nombreux journalistes et observateurs.

05 octobre 2011

L‘arrivée de l’intégralité du matériel électoral- les urnes sont attendues au courant de la semaine, a fini par rassurer tout le monde.  A Paris, le vote se fera dans l’objectivité, la paix et la sérénité.

05 octobre 2011

Le président candidat et son épouse Chantal Biya, sont venus renouveler le contrat de confiance qui les lie aux populations de l’Extrême-Nord où le président Paul Biya a toujours réalisé d’excellents résultats électoraux.

Le Site Web de la Campagne

Unes du Journal L'Action

L'ACTION n° 766
L'Action 1101
L'ACTION 844
L'Action 969
L'ACTION 793

Abonnement Journal L'Action

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!