« Rassemblement Démocratique 
du Peuple Camerounais »

19/10/2018 - 12:27
La France juge l’élection
 La France juge l’élection

13 octobre 2011

Pour Alain Juppe, le ministre français des affaires étrangères et européennes  qui répondait à un député socialiste devant le parlement français, l’élection de dimanche s’est déroulée dans des conditions « acceptables ».  

Sans qu’elles ne soient nullement perçues comme une entrave à la souveraineté, les avancées démocratiques des Etats en matière électorale peuvent être appréciées à leur juste mesure de l’extérieur.  Il n’y a aucune exception à ce qui peut paraître comme une « coutume » dans la pratique des Etats. L’on aura vu des observateurs à l’assaut des scrutins dans les vieilles démocraties mais aussi et surtout en Afrique où la culture démocratique se développe au fil des années. Le Cameroun, pays démocratique, n’en fait pas exception. Loin s’en faut. L’élection présidentielle du 9 octobre 2011 organisée dans le respect scrupuleux des règles du jeu démocratique s’est déroulée sous le regard vigilant des observateurs internationaux. Ils étaient 8 000 au total dont 400 observateurs internationaux qui se recrutaient auprès des organisations internationales telles que la Francophonie, le Commonwealth, l’Union africaine entres autres. Tous tenaient un discours identique sur fond de satisfaction, à l’issue des opérations de vote : le scrutin s’est déroulé dans le calme, la transparence et la liberté en dépit de quelques imperfections. De l’avis du chef de la délégation du Commonwealth, «  Les électeurs camerounais ont accompli leur devoir en toute liberté ». Même son de cloche pour le porte-parole de l’organisation internationale de la Francophonie pour qui, « L’élection présidentielle s’est passée dans le calme ». C’est dans cette perspective que la France, par l’entremise de son ministre des affaires étrangères et européennes s’est prononcée. « La France a suivi avec une particulière attention le déroulement des élections au Cameroun dimanche dernier », répondait Alain Juppe au député socialiste Serge Janquin sur le déroulement des élections au Cameroun et sur la politique africaine de la France.  Mais bien que réservé, le chef de la diplomatie française ne cache pas son satisfecit : « Il est encore trop tôt de parler des résultats, le taux de participation n’est pas encore connu. Ce que je peux vous dire c’est que selon l’organisation internationale de la Francophonie et le Commonwealth qui ont suivi le déroulement de ces élections on peut considérer aujourd’hui qu’elles ont eu lieu dans les conditions acceptables ». Aussi, fort de son expérience politique, le plénipotentiaire français  s’est voulu réaliste : « Nous appelons donc la population, la presse camerounaise et tous les acteurs politiques à faire preuve, jusqu’au 24 octobre 2011 de proclamation des résultats et au-delà, de modération et éviter tout recours à la violence pour faire valoir leur vue ». En effet, la France est là comme d’autres acteurs de la scène internationale dans son rôle d’observateur du processus démocratique camerounais tout en gardant sa position privilégiée de pays ami, surtout qu’elle figure en bonne place des amitiés traditionnelles que le  Cameroun entretient avec certains pays  dans le monde.

 Par ailleurs, en tant que puissance internationale, elle entend bien imprimer de sa marque la marche de la société mondiale et partant de l’Afrique. Et Alain Juppe de conclure : « Notre message en Afrique est très clair, nous demandons aux régimes en place de prêter attention aux aspirations populaires, de moderniser les gouvernements, d’engager des processus de réforme, de passer du processus à une vraie culture de la démocratie ».